Monde

Le Caire: De violents affrontements ont opposé la police à des manifestants

Dans la nuit du mardi au mercredi, de violents affrontements ont opposé la police à des manifestants dans le centre du Caire, faisant plusieurs blessés. Une cérémonie à la mémoire de martyrs de la Révolution égyptienne avait lieu dans un bâtiment de la capitale, et selon les services de sécurité, un groupe d’hommes qui a investi les lieux est à l’origine des débordements.

Mais cette version ne fait pas l’unanimité, puisqu’un reporter de la chaîne de télévision satellitaire égyptienne Al Hayat a parlé de “guerre de rue” entre police et manifestants. Des militants pro-démocratie ont aussi accusé la police d’avoir attaqué les familles des victimes du soulèvement du début de l’année qui voulaient participer à la cérémonie commémorative. “Après qu’on leur eut interdit d’entrer, des heurts ont éclaté entre les familles et les gardes de sécurité. La police est intervenue et a commencé à battre les familles des martyrs”, a écrit le militant pro-démocratie Arabawy sur son blog.

Des témoins ont affirmé que des bus remplis de jeunes gens armés de bâtons et de couteaux sont arrivés sur les lieux pour semer le chaos, rappelant les méthodes utilisées par l’ancien régime contre ses adversaires. La télévision a montré des manifestants scandant “le peuple veut le départ du maréchal”, en référence au maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées qui dirige le pays depuis le départ de Mubarak.

Un rapprochement a été fait avec la décision d’un tribunal, annoncée quelques heures plus tôt, de dissoudre les conseils municipaux élus sous Mubarak, massivement dominés par les partisans de l’ancien régime. “Je ne pense pas que le moment choisi pour ces affrontements soit une coïncidence”, a déclaré un témoin sur la chaîne ON-TV, laissant entendre qu’il auraient été initiés par des partisans du président égyptien déchu.

Ces troubles surviennent alors que les militants pro-démocratie appellent à des rassemblements massifs le 8 juillet pour maintenir la pression en faveur des réformes politiques en Egypte. La pression populaire a déjà forcé le gouvernement égyptien à refuser de contracter des prêts auprès du FMI et de la Banque Mondiale.

Source : AFP

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com