Mustapha Kamel Ennabli: « Seule l’Assemblée Constituante peut décider de la nomination ou de la révocation du Gouverneur de la BCT »

Mustapha Kamel Ennabli, Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), a déclaré vendredi 08 juin 2012, que “la décision de nommer ou de limoger le Gouverneur de la banque centrale, qui intervient sous proposition du Président de la République et du Chef du Gouvernement, doit être adoptée par l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) conformément à la loi sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics”.

Lors d’une conférence de presse, qu’il a tenu, vendredi à Hammamet, en marge du congrès annuel de l’Association des Économistes Tunisiens (AET), le Gouverneur de la BCT a fait remarquer que “les propos avancés par le Président de la République pour expliquer son éventuelle destitution constituent “une première” “grave” qui rappelle les pratiques de l’avant Révolution ou les décisions étaient centralisées”.

“Le Président a dépassé les prérogatives de l’ANC à laquelle revient, à elle seule, l’autorité d’approuver ou de refuser la décision de révocation”, a indiqué Ennabli en réponse aux déclarations de Moncef Marzouki, Président de la République, concernant son intention de le destituer de ses fonctions à la tête de la BCT et de le remplacer par un nouveau Gouverneur.

Marzouki avait déclaré, la nuit de jeudi, lors d’une émission sur une chaîne tunisienne saellitaire privée, “qu’il a l’intention de limoger Ennabli malgré son obtention du “Prix du meilleur Gouverneur d’une banque centrale en Afrique”, expliquant sa décision par “le besoin de mettre en place une politique économique sous le contrôle du peuple et non celui de n’importe quelle autre partie”.

Mustapha Kamel Ennabli a précisé que la loi sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics vise à assurer l’autonomie de la BCT et de l’écarter de tous conflits politiques, relevant que “le travail de la BCT en matière de gouvernance de la politique monétaire accompli par ses fonctionnaires ne prend en compte que l’intérêt national et que toute atteinte à l’égard de cette institution n’est, en réalité, qu’atteinte à la dignité de ses fonctionnaires”.

Mustapha Kamel Ennabli a démenti l’existence de désaccords entre le Gouvernement et la BCT, faisant état, au contraire, d’une coopération continue entre les deux parties.

“Je n’ai pas eu la chance de rencontrer le Président de la République malgré les demandes renouvelées que j’ai exprimées”, a fait encore remarquer le Gouverneur de la BCT.

Et d’ajouter “personnellement, je ne suis pas avide d’autorité et j’ai accepté de diriger cette honorable institution rien que pour servir la Tunisie et son économie”.

“Les déclarations du Président de la République ne sont pas une atteinte directe à ma personne mais plutôt à une institution (BCT) qui doit continuer à jouer son rôle loin de toutes les pressions”.

Mustapha Kamel Ennabli a encore déclaré que “la Constituante a la prérogative de demander des comptes au Gouverneur de la BCT”, se félicitant de la décision de la commission de la planification, la finance et le développement, de tenir, le 19 juin 2012, une séance d’audition qui sera consacrée à l’évaluation de la politique monétaire et bancaire et à la note souveraine de la Tunisie.

Source: TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut