Politique

Tribune du lecteur : L’ARP dans tous ses états

Par Fethi Houidi

Somme toute, au niveau du vécu, le nouveau système politique tunisien est d’une grande originalité. Il repose tout là-haut sur l’IVD et, beaucoup plus bas, sur le Destour, la Présidence de la république, le Parlement, le Gouvernement et toutes les instances du pouvoir judiciaire.

C’est-à-dire, tout là-haut sur Sihem Ben Sedrine, présidente omnipotente, inatteignable et intouchable de l’IVD et son équipe – peu importe que celle-ci soit amputée de beaucoup de ses membres élus au point que toutes ses décisions sont prises sans quorum – et, beaucoup plus bas dans la hiérarchie, sur le Président de la république Beji Caïd Essebsi, le Président de l’ARP, Mohamed Ennaceur et le Chef du Gouvernement, Youssef Chahed.

Quant au pouvoir judiciaire – notamment le Tribunal administratif – et aux autres instances constitutionnelles, ils semblent, dans les faits, relégués aux niveaux les plus subalternes. Ainsi fonctionne le pays depuis sept ans, dans l’attente que la Vérité vraie soit révélée et que la Dignité soit recouvrée.

Fidèle à son rôle pionnier et créateur, l’actuel régime politique tunisien ne cesse d’innover et de surprendre le monde avec, en matière de justice transitionnelle, une réussite à faire pâlir d’envie et tomber en pâmoison toute la planète et à faire se trémousser Montesquieu lui-même dans sa tombe.

Alors, direz-vous, pourquoi toutes ces chicaneries à l’ARP pour l’attribution d’une année d’activité supplémentaire à notre valeureuse IVD et à son auguste présidente ?

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com