Societe

Tunisie – Images : La police municipale emmène une voiture à la fourrière avec un bébé à l’intérieur

Une mère a eu la peur de sa vie, ce matin, quand, après avoir quitté sa voiture, l’espace de trois minutes, pour faire des courses dans une boutique, n’a retrouvé ni sa voiture ni son bébé qu’elle avait laissé endormi à l’intérieur.

La femme affolée, ne sachant pas si sa voiture a été volée avec son enfant dedans ou si elle a été remorquée par les services de la police municipale, chose en théorie impossible, vu qu’il y avait un bébé endormi à l’intérieur du véhicule.

C’est alors que la remorqueuse de la fourrière est passée devant elle. Les agents qui étaient à l’intérieur étaient en train de rire, de toutes leurs dents, face à la réaction de la pauvre mère meurtrie par la peur et par l’angoisse.

Ayant compris, voire, espéré que ce sont ces agents qui ont remorqué sa voiture, la pauvre dame a dû se faire aider par des passants qui, devant son désarroi, ont proposé de l’emmener au parking de la fourrière.

C’est alors qu’elle a été soulagée de voir au loin sa voiture. En s’en approchant, elle a constaté que son bébé y était toujours et semblait être en bon état.

L’angoisse passée, la femme a voulu reprocher aux agents de la fourrière d’avoir emmené une voiture avec un bébé dedans. Ce à quoi, leur chef n’a pas eu froid aux yeux pour la réprimander et l’accuser d’avoir abandonné son enfant dans une voiture aux vitres levées, au risque de l’asphyxier. Ce cadre de l’Etat qui était doté d’un certain niveau de bêtise aggravait son propre cas en reconnaissant, implicitement, qu’il avait mis en danger la vie d’un bébé. Car en remorquant la voiture, il augmentait considérablement le temps qu’il aurait fallu à la mère de le récupérer et encore plus la possibilité d’avoir un malaise, ou comme il l’a si bien dit, d’être asphyxié dans l’espace confiné de l’habitacle. Il est allé jusqu’à lui dire que s’il avait remarqué la présence du bébé dans la voiture, il le lui aurait pris… HALLUCINANT !

Le père du bébé ayant été alerté par la mère, depuis le début de l’incident était accouru hors de lui, mettant en cours de route sa vie et celle des autres usagers de la route en danger, avant d’être un tant soit peu tranquillisé quand son épouse l’informa avoir retrouvé leur bébé.

Ayant pris la mesure de leur « bourde », l’un des agents de la fourrière, a au début, tenté d’intimider le père en lui annonçant qu’il était de la police, alors qu’il était en civil. Mais comme cette « révélation » n’a pas eu l’effet escompté sur le père qui tenait absolument à comprendre comment la police se comportait de la sorte et mettait en péril la vie de son bébé, l’équipe de la fourrière a tenté la voie de la « réconciliation », en lui proposant de récupérer sa voiture gratuitement sans payer l’amende. Chose qu’il a refusée, demandant à rencontrer les responsables de cette équipe … Car les agents des fourrières se permettent, depuis une certaine période, tout ce que l’on peut imaginer et même, ce que l’on n’ose pas imaginer, dans une impunité totale et l’absence de réaction de la part des autorités…

Affaire à suivre…

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut