Societe

Tunisie – VIDEO +AUDIO : Même après l’arrivée à Gêne, « L’aventure » du Ferry le Carthage n’est pas finie

La rédaction de Tunisienumerique a été contactée ce mardi matin par un citoyen tunisien, devant embarquer, hier sur le Ferry Le Carthage, pour la traversée vers Tunis. Il  nous a informé que les déboires ne sont pas terminés.

En effet, après les incertitudes et la tension qui ont accompagnées le départ du Ferry de Tunis, il y a plus de 24 heures, Le bateau est forcément arrivé en face de Gêne, à une heure où il était impossible de l’accueillir à quai, ce qui a ajouté aux souffrances et à l’exaspération des passagers, étant obligés d’attendre en rade, pendant des heures avant d’obtenir l’autorisation d’entrer au port et d’accoster. Ce summum d’exaspération a fini par avoir raison de la patience de quelques passagers qui ont décidé de bloquer à l’aide de leurs véhicules, la voie de débarquement des voitures, exigeant de rencontrer des responsables de la CTN et d’obtenir le remboursement de leurs billets, ou, à défaut des excuses et des attestations de retard, pour ceux qui avaient perdu beaucoup de temps pour reprendre leur travail, par exemple.

Devant l’absence du moindre responsable de la compagnie en dehors des manœuvres responsables du débarquement des voitures, la situation s’est envenimée et les voies ont commencé à s’élever, avec les gens qui étaient à bout de nerfs. Les passagers s’étant divisés en deux groupes : d’un côté ceux qui en avaient marre de ce cirque et qui ne cherchaient plus qu’à débarquer et prendre le chemin de leurs villes respectives… De l’autre côté , ceux qui s’entêtaient à recevoir des dédommagements ou, au moins, des explications de la part des responsables de la compagnie qui tardaient à se présenter. Le tout, aggravé par un deuxième foyer de tension et de mécontentement, sur les quais, provenant cette fois-ci, des passagers qui devaient embarquer pour le retour vers Tunis et que toute cette histoire, qui semblait s’éterniser, ne cessait de les retarder et de les laisser poireauter sous un soleil de plomb, sur les quais de Gênes.

Finalement, avec l’apparition d’un responsable de la compagnie, l’affaire s’est assez rapidement dénouée et les protestataires ont consenti à prendre le volant de leurs voitures pour débloquer la sortie du Ferry et libérer les passagers qui se trouvaient pris en otage à bord.

Ce qui a finalement permis aux passagers devant faire le trajet de retour vers Tunis, d’embarquer à leur tour. Mais ils ont dû attendre, eux aussi, pendant des heures, entassés dans les bars du paquebot, que le personnel puisse mettre en ordre les cabines, laissées dans un état catastrophique.

Finalement,  après presque une journée de retard, tout est bien qui finit bien… Pour les passagers, du moins… Car, pour la compagnie, nous avons l’impression que les problèmes ne font que commencer !

Commentaires

Haut