Tunisie – Vidéo: La députée d’Ennahdha qui voulait défendre l’indéfendable !

La chaine TV satellitaire France 24 dans sa version en langue française a consacré un plateau télévisé intitulé « Tunisie, les femmes sont-elles en danger ? » à propos du viol par deux policiers d’une jeune tunisienne, qui se retrouve après coup, accusée d’attentat à la pudeur.

La chaine a invité sur le plateau,entre autres Mme Samia Driss, députée du parti islamiste au pouvoir, Ennahdha, et en duplex de Tunis, l’avocate et militante Me Bochra Bel Hadj Hmida, en plus des invités français.

La députée d’Ennahdha a été d’emblée, débordée par la pertinence des questions de la journaliste et les répliques des invités du plateau.

Cela n’était pas aussi facile qu’elle le pensait. Et puis, elle a peut être cru avoir affaire à une chaine TV « amie » comme certaines satellitaires dont la « complaisance » ne fait plus aucun doute.

L’offensive de la journaliste était assez soutenue, elle ne voulait rien entendre des allégations de Mme Driss, qui voulait s’en tenir aux déclarations « officielles » du ministre de la justice, comme quoi, la jeune fille objet du débat aurait été auditionnée uniquement an tant que témoin dans l’affaire du viol.

La journaliste et les invités ont beau lui dire que ses propos ne tenaient pas la route, elle s’entêtait à maintenir sa « plaidoirie ».

La pauvre députée en a perdu son latin… euh, son français, elle articulait avec beaucoup de difficultés, elle gratifia même le régime de Ben Ali de trente ans de règne…

Elle défendait l’indéfendable et ne condamnait pas le condamnable. Drôle d’exercice de funambule !

Dans un état d’esprit pareil, et devant les questions glissantes de la journaliste, elle s’est mise à bégayer. Et pendant tout ce temps là, on pouvait apercevoir, en arrière plan, Me Bochra Bel Hadj Hmida, qui jubilait !

Drôle de plateau quand même, où tout était sens dessus dessous : Des françaises qui soutenaient une jeune tunisienne face à une tunisienne qui soutenait son parti et son ministre. Des françaises qui défendaient la révolution tunisienne, ses hommes et femmes face à une tunisienne qui n’y avait même pas participé !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut